Comment agit la puissance du Prâna sur notre métabolisme ?

iyengar-breath

Dans un article précèdent (http://le-yoga-dans-la-vie.com/quest-ce-que-le-prana/) nous évoquions la notion de Prâna et la découverte des 5  types de Prana que tout pratiquant de Yoga côtoie inévitablement au cours de son parcours initiatique. Je lis actuellement le Yoga mental d'A.V.L (dont je vous ai mis le lien en bas lien de l'article), ce livre qui m'a inspiré cet article que j'avais envie de partager avec vous sur le thème de la prise en compte de l'énergie vitale dans notre fonctionnement. Il est illustré de quelques planches qui agrémenterons  un peu plus la lecture. Bonne lecture !

Pourquoi  pratiquer les exercices de Pranayama ?

Nous rappellerons que le Prana représente l’énergie vitale Universelle, c’est-à-dire celle que nous respirons à travers l’air, celle que nous absorbons à travers les aliments que nous mangeons.

 

Raison N°1 : Pour une fluidité correcte du sang qui augmente notre potentiel en énergie vitale

Comment définir de façon  plus « rationnelle » le Prâna ? André Van Lysebeth  (un enseignant de yoga belge qui a beaucoup contribué à la diffusion du yoga en Occident aujourd’hui décédé http://www.yogavanlysebeth.com/) le décrit comme une charge en ions négatifs des atomes d’oxygène qui composent l’air ambiant, ceux-ci excités par un excédent d’électron (un surplus d’énergie en quelque sorte) vont en s’agitant tout faire pour s’en débarrasser.

ionisation

Si l’air inspiré contient beaucoup d’atomes d’oxygène ionisés négatifs, l’oxygène est alors mieux fixé sur l’ensemble des 300 millions d’alvéoles pulmonaires par poumon !

Alveoles-poumons-pranayama alveole-pranayama

Cette énergie  ainsi  accumulée est ensuite transportée dans le flux sanguin vers toutes les parties du corps. On pourra effectivement trouver quelque peu bizarre le fait de qualifier ces ions en excès d’énergie, comme « négatifs » !

Plus il y a d'ions négatifs dans le sang, plus le processus cellulaire de métabolisme est efficace. Au contraire, plus il y a d' ions positifs dans le sang, plus lent et moins efficace sera le processus cellulaire de métabolisme.

Ainsi la pratique des exercices de pranayama permet donc une ionisation négative (donc énergétique) des globules rouges, initiant un processus de régénération de notre sang .

aimants-énergie

Ceci s’explique  par la loi physique très connue des aimants  dont les polarités opposées s’attirent ou identiques se repoussent.

Les globules rouges ionisés négativement se repoussent donc les uns, les autres , s’écartant pour laisser passer le sang, lui donnant ainsi une fluidité correcte à l’intérieur du corps.

 

 

Raison N°2 : Pour protéger nos artères

Le cholestérol est réputé  se déposer sur les parois de nos artères, de nos vaisseaux, créant ainsi des plaques d’athérome, provoquant l’athérosclérose du fait de l’accumulation de gras, qui au fil du temps finit par obturer « notre tuyauterie interne  » réduisant ainsi le passage du flux sanguin, des plaques de gras peuvent aussi se détacher avec des problèmes cardiaques à la clé. Des recherches scientifiques * ont prouvées que ceci se produisait plutôt si la paroi avait été dépolarisée positivement, en revanche si elle est polarisée négativement, le cholestérol ne se déposera pas.

Arthéroscélorse-yoga-ions négatifs- prana

* Docteur Patrick Veret , la spasmophilie enfin , édition du rocher

 

Pour autant si la science le constate, en revanche elle n’apporte guère de solution au problème (manger moins gras entendons-nous souvent de nos médecins ?!) .

OUI le yoga offre une solution !

Il propose pour cela la pratique du PRANAYAMA et notamment de la technique de la respiration alternée (cf:  technique de Nadi Shodhana pranayama) , cette technique aura comme conséquence de dépositiver les parois artérielles, de les charger en ions négatifs qui iront peu à peu renégativer les parois artérielles empêchant ainsi le cholestérol de s’y déposer, contribuant par ailleurs à éliminer les dépôts sur ces parois. Pour le Yoga l’athérosclérose est donc bien quelque chose de réversible !

Cette pratique et technique ne fait appel à aucun médicament, elle est gratuite, voire anti –économique car elle ne profite à personne, elle apparaît comme « inintéressante » à véhiculer dans une société mercantile, c’est pourquoi peu de publicité et promotion sont réalisées à grande échelle sur le sujet.

Raison N°3 : « Le prana se fixe là où se fixe le mental »

C’est un concept clé à retenir une notion  très importante lorsque nous pratiquons les asanas et les concentrations. Ceci  contribue à mettre de la conscience dans l’exercice et de conduire le flux ; l’influx à l’endroit sur lequel nous aurons décidé de porter notre attention.

Pour le Yoga et notamment pour les tantriques, l’Énergie vitale est universelle, l’Univers tout entier constitue un gigantesque organisme vivant et conscient à partir duquel tous les êtres vivants tirent leur énergie vitale.

Cet océan d’énergie vitale disponible et accessible à chacun, représente un réservoir illimité, inépuisable. Cette force magique et merveilleuse qui nous dépasse obéit cependant au mental, à notre pensée intériorisée et surtout à l’hémisphère droit de notre cerveau.

Le système émotif agit sur le système circulatoire !

C’est un constat que vous pouvez tous faire, la fonction qui répond le plus intensément et le plus rapidement au mental c’est la circulation sanguine, tous nos états émotifs étant régis par le cerveau !

Un exemple : Chacun a pu observer quelqu’un d’autre rougir de colère ou bien au contraire pâlir, blêmir  suite à une peur ou un choc émotionnel, en fonction des circonstances rencontrées le corps procèdent à des variations du flux sanguin parfois le mobilisant (poussant) à la périphérie pour préparer le corps à l’action pour agir, courir etc …(l'agression ou la fuite ! un processus bien connu), ou au contraire pour le ramener vers le centre afin de protéger nos organes vitaux ( réflexe de survie) face à un choc subit ou anticipé par le mental.

Tout ceci prouvant que par la conduite de la pensée, à un endroit du corps il est possible parfaitement d’agir efficacement sur celle-ci.

De plus si l’intériorisation est également accompagnée d’une image mentale appropriée, cela multiplie sa puissance.

Une seule condition est requise : avoir confiance et croire fermement en cette intelligence supérieure qui nous habite et grâce à laquelle nous sommes reliés à la vitalité supérieure.

Quelle est la méthode à suivre ?

Il s’agira en premier lieu de procéder de façon régulière à des exercices d’intériorisation et de visualisation intérieure, de s’exercer à ressentir indépendamment des parties du corps (chaque phalange, chaque doigt, de s’entrainer à percevoir les battements de son cœur, la chaleur des zones du corps…).

Cet entrainement régulier à un moment où naturellement vous pouvez être tranquille dans la journée pendant quelques minutes , le soir avant de vous coucher pour évacuer les tensions de la journée, vous fermez les yeux et vous vous intériorisez .

Cet entrainement régulier aura comme effet de nous permettre avec un peu de pratique et d’expérience d’être capable de s’appliquer à n’importe qu’elle partie du corps, que l’on pourra à l’envie « régénérer à souhait » en cas de faiblesse ou de maladie par exemple, simplement en augmentant la vitalité dans cette zone. Pour les mêmes raisons, il est important lors de chaque séance de yoga de s’intérioriser dans l’ensemble de son corps pour ces mêmes raisons.

Notre corps est naturellement doté d’une intelligence supérieure réparatrice et il est tout à fait possible de l’ « aider » par ces pratiques d’intériorisation et de visualisation.

Le système émotif agit sur le système digestif

Comme nous venons de le voir, le système circulatoire réagit vivement et rapidement avec nos états émotionnels, il en va de même avec notre système digestif. Une frayeur intense provoque une réaction intestinale immédiate : évacuation, blocage, ou encore vomissement.

Les yogis depuis toujours puisent leur vitalité à partir de cette intelligence universelle qu’est le Prana qui nous entoure, qui nous « imbibe » pour la rediriger ensuite dans l’ensemble du corps afin d’en accroitre sa vitalité.

Cette pure énergie cosmique provient du TOUT qui nous entoure, aussi des innombrables autres planètes et systèmes de l’Univers, de l’essence de toute origine et de l’équilibre qui régit aujourd’hui encore l’Univers auquel nous sommes chacun immanquablement relié.

Cette essence, ce Prâna coule dans notre « Soi » vivant, sans cette énergie vitale qui anime nos corps, celui-ci n’est qu’un corps inanimé. C’est précisément à partir de cette essence subtile, disponible, illimitée, et universelle que nous devons chercher à puiser toute la force vitale, tout le Prâna, toute l’Énergie.

Source André Van Lysbeth : le yoga mental

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *