La puissance de l’intention (résumé documentaire )

Voici un résumé d’un documentaire visionné sur le sujet que j’ai tout particulièrement apprécié, l’intention et l’intuition font naturellement partie des qualités recherchées, lorsqu’on est investi dans une pratique de Yoga,  vous trouverez ci-après un résumé des idées principales retenues issues de ce documentaire qui trouve en fin d’article.

Le puissant pouvoir de la pensée

La pensée agit sur la matière, notre pensée agit donc sur notre corps et contribue à l’influencer, elle peut le guérir. Notre pouvoir est celui de rendre réel les idées qui nous plaisent. C’est un pouvoir énorme !
Je prends également conscience que ma propre pensée attire les situations (15’40), les provoque même parfois donc, attention donc à ce que vous pensez car cela pourrait finalement bien arriver !
Ce qui nous bloque la plupart du temps, ce sont nos propres croyances négatives et nos conditionnements ,reçus dans l’enfance (16’10) la plupart du temps formulés de la sorte : « tu n’es pas capable de » , « toi de toute façon ,tu es toujours comme ceci ou comme cela » ….; et cela finit par devenir ensuite une croyance ancrée, une seconde fausse nature que l’on intégrera peu à peu sienne.
La Personne que nous sommes va ainsi finalement  se « programmer » pour ressembler (inconsciemment) à ce conditionnement perçu.
 
Une solution proposée évoquée : celle de demander à ces  « mémoires erronées » de s’effacer de son inconscient… ainsi par ce jeu nous ne sommes plus des victimes soumises aux aléas des situations extérieurs  ,mais devenons des acteurs de notre vie. On se (re)prend en main sans être en train d’attendre que quelque chose arrive depuis ailleurs.

Les peurs

Il n’y a qu’une seule peur c’est celle de l’inconnu et le plus grand inconnu c’est nous même !  car au fond, on ne se connait pas (28’51), et c’est notre plus grand drame.
Se connaitre c’est s’explorer, s’observer, ce n’est pas tant lire des tas de livres sur le sujet. C’est surtout (s’) expérimenter ! 
 
On nous a tellement muselé notre liberté en nous signifiant que nous étions des êtres limités, que du coup, lorsque cette liberté nous est finalement proposée, cela nous fait terriblement peur et nous effraie.
Nous avons peur de réussir, nous avons peur de notre propre lumière intérieure, de notre puissance de vie qui vibre en nous , que nous ne laissons pas sortir., que nous bloquons..par peur.
Parfois même nous avons peur de sortir du clan familial où la réussite n’était pas une valeur partagée.
C’est tellement plus commode de rester dans le « je ne sais pas ce que je veux » (alors qu’au fond de moi, je sais très bien ce que je veux), car si je commence à faire émerger et à réfléchir à ce que je veux ….je vais être aussi obligé de réfléchir à la solution et aux conséquences de ma mise en mouvement que cela implique. Et pour l’être ordinaire , c’est tellement plus confortable de prime abord de ne rien faire, de rester figé dans ce qu’il  vit quotidiennement dans le ron-ron, de rester uniquement dans ce qui est connu, par sécurité et on s’en convint fermement ! Au risque de réveiller ma paresse…. il vaut mieux garder cela bien enfouit. C’est ici notre inconscient qui intervient pour garder la maîtrise.
 
Dans la nature les choses sont pourtant simples, c’est uniquement mon mental qui va les compliquer. Le principe retenu pour le contourner est celui de rester dans l’intuition, dans la saveur intérieure pour choisir pacifiquement, le principe de la pente la plus forte qui vous pousse vers là où le désir est le plus grand, ou encore celui de l’énergie qui vous met en mouvement (en action) pour aller vers quelque chose ou au contraire pour y renoncer.

Les échecs

Toute adresse commence par d’abord par une maladresse …. il faudra forcément passer par des erreurs et des échecs, c’est inévitable.
Se connaître c’est s’explorer , c’est faire expérience  de l’Etre .
 
Dans toute situation que je vis, il y a toujours quelque chose de positif. Même chaque échec vécu est aussi constructif et nous ouvre vers d’autres portes et d’autres opportunités potentielles, cela signifie aussi que l’on a encore des choses à régler.
 
Docteur E. Bach : Quand nous « tombons  » malade c’est que nos actions dans la vie physique ne sont pas en harmonie avec nos aspirations profondes…. ca fait un peu réfléchir dit comme cela vous ne trouvez pas  ?
Concernant les souffrances en nous, l’Univers ( =l’inconscient) va essayer de nous les montrer.
L’Etre profond que nous sommes va se questionner: pourquoi vit-t’on en fait  ?
On en finit si l’on baisse la garde par en oublier nos aspirations les plus profondes profondes : qui sommes-nous  ? quels sont nos véritables buts ?
Lorsque l’on n’est pas heureux, notre Etre véritable souffre, il attire à nous des situations pour nous le faire comprendre, pour nous forcer à réagir , et la dernière situation, le message ultime est une maladie qu’il peut déclencher. (33’35)
 
Les pathologies ne viennent jamais par hasard, qu’est ce que le corps veut nous dire dans cette situation ? (34’02).
Lorsqu’elles arrivent c’est que les messages précédents du corps n’ont pas été (suffisamment) entendus et perçus par notre conscience. Des changements sont alors à mettre en place et à opérer.
Quel est le message délivré ?
La maladie est l’instrument que prend la Conscience pour explorer la matière. Accepter son état actuel : c’est déjà envoyer un message d’amour à son corps, et c’est très puissant, du coup le corps se calme, car il sait que la conscience a compris, le travail est amorcé par une première prise de Conscience..

Les énergies ou puissance de vie

Apprendre à apprivoiser ses énergies et ne pas les contraindre, leur donner plus d’espace, c’est un peu comme si on devait enfermer un cheval sauvage dans un box, cela ne réglerait rien, par contre en le laissant dans un vaste champs, il va finir par se calmer de lui-même .Laisser donc vos pensées se calmer.
 
L’Univers me donne des preuves que j’ai raison (ce sont les synchronicités qui nous tombent dessus, faut-il encore savoir les percevoir, si subtiles soient -telles)
Si l’on est toujours connecté sur l’extérieur et sur les autres, alors on ne peut pas être véritablement connecté à ce que notre petite voix veut nous dire. (37’09)
 
S’entourer de gens positifs qui vont nous inspirer .
Lire des livres inspirants, de personnes qui ont réussi, cela va peu à peu nous imprégner.
On n’aime à l’extérieur que ce qui est déjà en nous ,lorsqu’on dit de quelqu’un que « c’est un type bien » en fait ,cela signifie simplement qu’il me ressemble, que ça produit une résonance, une vibration en nous. Quand on affectionne un mentor c’est essentiellement parce que ce qu’il est, nous renvoie à qui l’on est.
Un mentor est quelqu’un qui par sa vie, ses mots,ses actes représente qui j’ai envie d’être dans ma vie.
La meilleure formule pour attirer des choses à Soi est de ne pas en avoir besoin, parce que quand je n’en ai pas besoin, je vibre déjà de la complétude à l’intérieur, ceci  va être en harmonie avec la vibration de l’Univers qui vibre sur la même fréquence, et qui va m’amener des unions harmoniques.

Amour

Je demande dans ce registre ,le plus souvent au partenaire de remplir un vide que je n’arrive pas moi-même tout seul à combler…et nous voilà parti à charger l’autre d’une mission que l’on n’arrive déjà pas soi-même à réaliser : l’échec est assuré.
Ce n’est pas de l’amour ça, mais du marchandage..!
Dans l’amour ce qui est à rechercher c’est lorsque l »on partage le même désir, que l’on souhaite mettre en commun nos potentiels, pour progresser et grandir ensemble en conscience, dans l’humilité et l’acceptation du fait que l’un et l’autre, on ne sait pas tout à l’avance, et l’on choisit (c’est un choix actif) de rester ouvert à ce qui s’offre, sans idées arrêtées. Ne pas rechercher à avoir raison, c’est stérile et cela ne mène nulle part (raison de quoi au juste ?!) .
La posture à tenir serait plutôt la suivante : « Je vais t’aider à voir ce que tu ne veux (peux) pas lâcher et toi , de ton coté tu va aussi m’aider à voir çe que je ne veux (peux) pas voir chez moi , et cela devient dans l’amour une relation magnifique. » (44’45)
 
A la base tout le monde cherche la même chose : la lumière, la conscience c’est à dire au fond une recherche de plénitude, de complétude, un amour (aimer et être aimé) et une non-limite.
 
La force de la puissance passe par le cœur et non pas par le pouvoir de la volonté.

L’intuition

L’intuition c’est savoir être à l’écoute des signes de la vie , ces signes subtils qui me font dire que je suis sur la bonne direction ! ,sans avoir à passer par le mental et par la rationalisation qui encombre et embrouille.(50’48)
 
Exercice à opérer : Demander au mental de « chercher » où s’arrête le « maintenant « ? et …, vous observerez qu’il se perd, il ne sait pas répondre à cela. Alors si je ne sais pas où s’arrête le « maintenant », où commence donc le « futur » ?
Lorsque l’on perçoit une évidence, comme lorsqu’on se dit d’une situation:, « oui bien sûr ! », cela ne provient pas du mental, car c’est trop rapide, trop fulgurant et trop fugace pour pouvoir réfléchir, cela provient directement et uniquement de l’évidence d’être conscient. (52’57)
 
Nous ne sommes pas sur la terre un monde avec 7 milliards d’individus, mais nous sommes 7 milliards de mondes reliés par une pensée commune, dans le même espace temps, nos pensées s’attirent, il n’y a pas d’extérieur ni d’intérieur ,et les choses que l’on a attirées à nous sont les choses qui correspondent à notre propre intérieur. Quelles soient bonnes ou mauvaises, elles correspondent à notre intérieur. (53’34)
 
Aujourd’hui, le constat est que le niveau de conscience de l’humanité s’élève (celui de l’avenir de la planète et de sa mise en danger, de la prise en compte croissante de nos propres besoins de santé (mieux manger, se soigner plus naturellement, gestion du recyclage, celui du partage des ressources ), notre puissance de l’ esprit n’a jamais été aussi forte et elle continue de croître, tout va plus vite aujourd’hui et le temps humain s’accélère.
Dans notre espace temps actuel nos énergies montent. Qu’est ce qu’on en fera ? En changeant le présent on change le futur et notre avenir ne sera finalement que ce que l’on en fera.

Les passages et les transitions

Toute transition est difficile à vivre, il faut plutôt surfer sur la vague que de ramer à contre courant.
« Incarne toi même le changement de ce que tu veux voir dans le monde » (Ghandi)
En fait une phrase résume tout :
« JE suis la réponse que JE cherche ».
Tout est (déjà) en moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.