La pratique du Yoga sur chaise : une nouvelle forme de Yoga ?

J’ai récemment effectué un stage avec  Jeannot Margier, enseignant de Yoga depuis 1992, formé par André Van Lysebeth (que l’on ne présente plus dans le monde du Yoga , un enseignant très pédagogue) « un bon passeur » ,comme se plait à le décrire Jeannot.

J’ai été motivé pour faire ce stage, au premier chef, car je constate régulièrement auprès des personnes venant découvrir le Yoga , parfois après quelques pratiques, un cours d’essai ,que celles-ci à grand regret ,trouvent le yoga pratiqué « trop masculin » , très tonique (trop ?) , assez exigeant dans la tenue de l’assise ou encore parfois dans les postures elles -mêmes … cela m’interpelle car je trouve que c’est quand même dommage qu’une si belle pratique que représente le Yoga ne puisse pas être diffusée le plus largement possible pour les bienfaits qu’elle procure,  et que de mon point de vue elle ne devrait pas être cantonnée à ceux qui dispose d’une aisance physique le permettant.

Souvent, j’ai aussi pu lire dans des ouvrages consacré au sujet que ce n’est pas à l’élève à s’adapter au Yoga mais que c’est bien ce dernier qui doit s’adapter à l’élève, alors que faire ? que proposer ?

Je pratique le Natha Yoga depuis près de 15 ans, l’enseignement y est assez rigoureux, les souffles sont précis ; la pratique tend à nous pousser à élever notre niveau d’énergie, et de fait la puissance des souffles, tel est l’enjeu car pour pouvoir se libérer de nos conditionnements et de nos attachements, il faut de l’énergie.  Si j’apprécie incontestablement les qualités de ce Yoga très complet, en revanche je suis frustré lorsque je ne peux l’ouvrir au plus grand nombre.

Je me suis donc intéressé à cette pratique plus douce, qui consiste à proposer un Yoga sur chaise pour des personnes dépendantes, en âge avancé ou bien en prise avec un handicap, un yoga « plus adapté » tout en restant du Yoga, car le yoga dans son étymologie signifie relier.

Relier l’être avec lui-même et aussi relier les personnes entre elles, ne sommes-nous pas tous issus d’une même source de vie ? Ces différentes catégories de personnes qui ne peuvent pas accéder au tapis, doivent de mon point de vue pouvoir bénéficier des apports et des bienfaits énergétiques que procure la pratique du Yoga.

Le postulat de base de cette approche  est la reconnaissance de la personne . Tout part de là !

Quel est le public visé ?

La cible que constitue cette pratique vise les personnes ayant perdu une autonomie et relevant d’une forme de dépendance, à cause d’un accident, d’une pathologie, d’une maladie grave (AVC, Parkinson..) ou bien évidemment concerne tout simplement les personnes du « grand âge »  soit plus de 80 ans.

Elle se pratique en EPHAD, en maison de retraites, en centre spécialisé.

L’approche est commune tout en tenant compte cependant des difficultés de chacun.

Quel objectif à travers la pratique ? 

La recherche d’un mieux-être et d’un mieux aller.

Par le biais d’une pratique régulière, les effets se feront sentir rapidement sur les pratiquants. Les principaux objectifs recherchés sont :

  • Une stimulation musculaire et énergétique avec de fait comme action induite un apaisement du mental indéfectiblement associé au corps .
  • De rompre avec une forme d’isolement dans lequel peuvent s’enfermer les personnes en perte d’énergie, qui aurait tendance au repli sur soi
  • La recherche de l’autonomie et du maintien à domicile le plus longtemps possible, retardant ainsi la mise en institution.
  • La création de lien entre les personnes pour stimuler le gout de vivre

 

Pratique du Yoga ou gym en assise ?

Une précision importante c’est bien du Yoga dont il s’agit ici, et non pas une simple pratique de mouvements enchainés.

Pourquoi ?

Parce que précisément le travail en conscience est essentiel dans cette approche, la concentration est bien au cœur de la pratique, avec ou sans mouvement corporel (il est tout à fait possible de faire visualiser les mouvements et la stimulation sera bien présente) n’oublions pas un des principes essentiel du Hatha Yoga :

« Là où va la conscience …va l’énergie. »

Les mouvements sont toujours proposés et jamais imposés, le principe fondamental qui sera retenu sera celui d’aller vers….. même si la peur ou la difficulté sont parfois présente, on essayera tranquillement d’aller à sa mesure au-delà des peurs, si on le souhaite… comme un petit challenge stimulant que l’on se donnerait à soi –même. Et le résultat s’appréciera également à la hauteur de l’effort effectué.

Ce sera donc bien le Yoga qui s’adaptera à la personne et non l’inverse.

La pratique s’articulera autour de 4 axes principaux :

1- Les mouvements: dont l’objectif vise à libérer la colonne vertébrale (l’axe) , une pratique de mouvements spécifiques pour libérer l’ankylose, des respirations conscientes pour libérer les blocages (ces nœuds dans les espaces physiques et énergétiques du corps manifestés par un  dos vouté ce qui à tendance à bloquer le souffle par exemple )

 

2- Un travail sur la respiration et les énergies: par la prise de conscience de sa respiration qui nécessite une concentration plus aiguisée, on arrive à apaiser le mental, à lâcher prise, à diminuer les angoisses, à atténuer les peurs. Tous les mouvements s’effectuent avec le souffle. Les organes sont ainsi mieux stimulés et oxygénés comme l’abdomen, souvent contracté provoque des problèmes de digestion et de blocage de la respiration. Un réel travail sur le souffle est essentiel pour éliminer les tensions et les blocages.

 

3- Le toucher et les Mudra* (*geste des doigts) Le toucher en auto-massage redonne de l’énergie et autorise une reconnexion au Soi , c’est aussi un élément essentiel. Il permet de favoriser la mise en mouvement de toute la chaine musculaire du bras avec la main comme principal organe de préhension, qui autorise les gestes du quotidien renforçant ainsi l’autonomie. Un travail sur les doigts, les poignets ainsi que les épaules redonne un peu de souplesse, du tonus musculaire. Les mudra* agissent sur les zones précises de notre cerveau, la respiration est également associée aux doigts.

 

4- Enfin un travail sur le son et la voix, par le biais de voyelles chantées une action tonifiante sur les poumons et le cœur s’opère, sans oublier le rire qui fait aussi partie de la pratique ,une fois le lien établi avec le groupe. Les vibrations chantées procurent une stimulation dans tout le corps, ce qui ouvre ensuite plus facilement les portes vers un silence intérieur (en limitant les pensées parasites permettant d’aller dans la profondeur de notre être, en éveillant, en activant là encore certaines zones du cerveau, ce contact avec notre être profond procure pour les personnes une paix profonde.

 

Parce qu’il n’y a pas un Yoga pour tous mais un Yoga pour chacun.

Une association nationale vient d’être créée afin de promouvoir la pratique:

R.V.H.Y « RECHERCHE EN YOGA POUR CHANGER LE REGARD SUR LA VIEILLESSE ET LE HANDICAP » 

Contact : http://www.jeannot-yoga.fr/contact.html

 

Mon témoignage après le stage 

 

LE YOGA SUR CHAISE 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.