YOGA et données scientifiques

Nous savons tous à travers ce que nous nous entendons, lisons dans les ouvrages spécialisés, ou encore pratiquons pour ceux qui suivent déjà les cours de yoga que les pratiques de Yoga ont des effets bénéfiques sur la santé. S’il est vrai que ces pratiques sont éprouvées depuis des milliers d’années, de manière empirique, intuitive puis transmises de maîtres à disciples, d’enseignants à apprenants, nous allons ici tenter de l’expliquer d’une façon plus expérimentale complété par un angle scientifique.

Origine

Le Yoga est une pratique à la fois corporelle, énergétique et mentale qui tire ses origines de l’ancienne philosophie indienne , il y a plus de 4000 ans.
Plus récemment ,elle à suivi le mouvement de la société, tout comme d’autres pratiques énergétiques ou méditatives pour être utilisée (adaptée ?)  à des fins de santé et de bien-être.
Différents styles* de Yoga sont ainsi apparus en complément du Hatha Yoga traditionnel qui est aussi celui des origines, sans doute pour répondre un peu plus  à une demande croissante et des attentes et besoins toujours plus variés. Pour autant la source reste la même : il n’y à bien qu’un seul YOGA qui agit dans un seul et même but,celui de la libération et de la connaissance personnelle, même si celui ci a bien évolué depuis les origines.
En revanche tous les Yoga ne travaillent pas de la même manière les postures, les techniques de respiration, de concentration et méditations selon les styles.

* Ananda, Anusara, Ashtanga, Bikram, Iyengar, Kripalu, Kundalini, Viniyoga entre autres…

Les bienfaits du yoga

En Occident , le fait d’attester d’études dites scientifiques sur les sujets abordés donne souvent plus de résonance  et de crédit aux contenus.

Voici donc quelques données sur le yoga et sa pratique.

-De récentes études * sur des sujets souffrants de lombalgie chronique attestent qu’une série de postures adaptées peut réduire la douleur et améliorer la locomotion.
-La pratique du Yoga procure également des bénéfices sur la santé comme la réduction du rythme cardiaque ou encore celui de la pression artérielle,  il soulage également anxiété et dépression.
-dans certains cas  toutefois certaines pratiques et techniques seront à éviter dans des cas spécifiques : en cas de glaucome (pression artérielle très élevée) , sciatique ou concernant les femmes enceintes (posture sur le ventre notamment , souffles et rétentions trop appuyés)
Pour l’ensemble de ces raisons , il est bon de se faire guider par  un enseignant de Yoga qui aura été solidement formé à l’ensemble de ces techniques, d’apprécier l’expérience et la formation de votre enseignant.
On pourra par exemple pour cela procéder par sondage autour de soi , se renseigner (le bouche à oreille étant encore ici la meilleure des approches) et bien veiller de porter à la connaissance de votre instructeur votre état général si nécessaire  afin qu’il puisse en tenir compte.

Yoga et santé 

La pratique du yoga selon un rapport 2007 de la NHIS *  qui portait sur les approches complémentaires que les américains consacraient à la santé, atteste que le Yoga est la 6 eme pratique complémentaire de santé la plus utilisée chez les adultes outre atlantique.

Le nombre de pratiquants à également augmenté de 180% entre 2012 et 2016 aux Etats-Unis

En 2012 il y avait 20 millions de Yogi (pratiquants du Yoga) et ils seraient 36 millions aujourd’hui.

Le nombre d’hommes passerait quand à lui de 2 à 10 millions!

De plus, il y aurait 34% des américains prêt à essayer le Yoga dans les 12 prochains mois!
(Source: https://www.yogaalliance.org/2016YogaInAmericaStudy)

les principales motivations évoquées pour la pratique du yoga sont les suivantes :

  • préserver et maintenir une bonne santé,
  • longévité, bien être,
  • améliorer sa condition physique,
  • soulager le stress,
  • améliorer la qualité de vie.

Le Yoga peut aussi être utilisé pour soulager des maux spécifiques (maux chroniques du dos, arthrite, anxiété cf: Stéphane Haskell: Comment le yoga m’a sauvé et peut tous nous aider.)

Effets secondaires et risques potentiels dans la pratique du Yoga

le Yoga est généralement sans danger pour les personnes en bonne santé, si toutefois celui-ci est pratiqué de façon appropriée par un instructeur bien formé  et qualifié. Ceux qui pratiquent le Yoga ne rencontrent généralement que des bénéfices physiques, énergétiques, mentaux et les blessures physiques réelles sont quasi inexistantes. (je n’en ai jamais vu en 15 ans. !) .
Seules des tensions liées à des tensions nerveuses pourraient potentiellement se manifester au démarrage, pour s’atténuer ensuite au fil de la pratique, il est également possible de rencontrer à postériori quelques courbatures à la suite d’une séance (ce n’est pas systématique) associées à des muscles/zones que nous ne sollicitons pas assez qui disparaissent dans les 2 jours. Cela doit au contraire porter votre attention de façon positive sur ce qui travaille en vous, chez vous.

Les études scientifiques sur le sujet

Les études effectuées sur le sujet attestent qu’effectivement le Yoga agit positivement sur les douleurs dans le bas du dos, la qualité de vie, réduit le stress, la fréquence du rythme cardiaque ainsi que la pression artérielle, soulage anxiété, dépression , insomnies, améliore la condition physique, procure force et souplesse.

Quelques compte-rendus d’études (voir références à la fin de l’article)

  1.  Une étude (source NCCIH*)  portant sur 90 personnes souffrant de douleurs au bas du dos chroniques  a constaté que les participants qui ont pratiqué le yoga (ndlr:Iyengar )avaient significativement moins d’incapacité, de douleur et la dépression au bout de 6 mois ).
  2. Dans une étude de 2011, une comparaison a été faite attestant que sur 228 personnes souffrant de lombalgie chronique ceux qui suivaient les cours de yoga avaient de bien meilleurs résultats dans la réduction et l’amélioration des symptômes  que ceux qui pratiquaient en autonomie à partir d’un seul livre chez eux.
  3. Selon une étude de 2011, sur les 313 adultes souffrant de maladies chroniques, lombalgies récurrentes, 12 cours de yoga hebdomadaires ont eu de meilleurs résultats que les soins médicaux habituels
  4. En revanche pas de preuve scientifique concernant l’amélioration de l’asthme en lien avec la pratique.

 

Le critère de la formation des enseignants : une donnée à ne pas négliger !

Il existe en effet de très nombreux et variés programmes de formation, ceux ci n’étant pas régis par une norme nationale (et c’est parfois tant mieux!). Pour autant, il est bon de garder en mémoire qu’enseigner exige un temps de pratique et de maturation généralement assez long, et que certains programmes ou formations accélérés ne sont pas très adaptés à cette pratique. Certains programmes de formation peuvent en effet aller de quelques semaines (quelques heures) à plusieurs années (500 heures et plus) en fonction des styles de yoga  !

Il est courant de dire et de lire que le yoga doit s’adapter au pratiquant :

Questions:

Faut-il donc aménager de façon systématique les postures en fonction du public ? ce n’est pourtant pas l’approche de tous les enseignants ,pour autant en sont-ils de moins bons médiateurs ?

 

Ne faut-il pas aussi parfois passer la barrière de nos propres limites physiques  habituellement « supportables » et tenter de dépasser un peu sa zone de confort?

 

Renseignez-vous donc préalablement sur les exigences du type de yoga auquel vous vous intéressez, les cours d’essai sont aussi intéressants pour ça.

*Le NCCIH  est le plus important bailleur de fonds public de la recherche biomédicale dans le monde. (Site internet: nccih.nih.gov)

La science du Yoga – Vidéo : La science du Yoga

Références : – En Anglais

  1. Birdee GS, Legedza AT, Saper RB, et al. Caractéristiques des utilisateurs de yoga: résultats d’une enquête nationaleJournal of General Internal Medicine . 2008; 23 (10): 1653-1658.
  2. Kiecolt-Glaser JK, Christian L, Preston H, et al. Le stress, l’ inflammation et la pratique du yogaPsychosomatic Medicine . 2010; 72 (2): 113-121.
  3. Oken BS, Zajdel D, Kishiyama S, et al. Randomisée, contrôlée, essai de six mois de yoga chez les personnes âgées en bonne santé: effets sur la cognition et de la qualité de vieThérapies alternatives en santé et en médecine . 2006; 12 (1): 40-47.
  4. Raub, JA. Effets psychophysiologiques de hatha yoga sur la fonction musculosquelettique et cardiorespiratoire: une revue de la littératureLe Journal de médecine alternative et complémentaire . 2002; 8 (6): 797-812.
  5. Ross A, Thomas S. Les avantages pour la santé du yoga et l’ exercice: un examen des études comparativesJournal de médecine alternative et complémentaire . 2010; 16 (1): 3-12.
  6. Sherman KJ, Cherkin DC, Wellman RD, et al. Un essai randomisé comparant le yoga, les étirements et un livre d’ auto-prise en charge des douleurs lombaires chroniquesArchives of Internal Medicine . 2011; 171 (22): 2019 à 2026.
  7. Uebelacker LA, Epstein-Lubow G, Gaudiano BA, et al. Hatha yoga pour la dépression: un examen critique de la preuve de l’ efficacité, les mécanismes d’action plausibles, et les orientations pour la recherche futureJournal de la pratique psychiatrique . 2010; 16 (1): 22-33.
  8. Wren AA, Wright MA, Carson JW, et al. Yoga pour la douleur persistante: les nouvelles découvertes et des orientations pour une pratique ancienneDouleur . 2011; 152 (3): 477-480.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *