Participer à un stage d’été ? Quels avantages en retirer ?

L’été est la véritable saison propice pour faire un break, une pause ,dans la course effrénée à la productivité, que nous vivons au quotidien.

Le travail et son stress associé, les trajets maison-boulot et les rythmes chronométrés, les courses pour se réapprovisionner (il faut bien manger!), les tâches domestiques à accomplir , les loisirs censés contribuer à nous procurer un peu de détente (d’évasion mentale ?…) à caser encore au milieu de cela.
Effectivement,  il faut bien prendre soin de sa personne, entretenir aussi nos relations amicales ou familiales à travers des « mondanités sociales », car l’être social que je suis doit bien (se)prouver qu’il existe bel et bien dans le monde qu’il occupe, trouver sa place.

Voici ce que nous jouons et rejouons à longueur de temps et, sans parfois même, s’en rendre vraiment compte, absorbés par la spirale de la vie, en mode robot.

Où est donc dans tout cela la place accordée au Soi ?
 
Comment faire la place à  une mise en distance personnelle permettant d’activer le bouton pause, pour ne pas se perdre de ses propres repères intérieurs, fragmentés par les agitations inhérentes à nos modes de vie occidentaux ?

La pause et la recharge s’imposent alors à nous, telle une batterie à plat , sur laquelle on aurait trop tirée, épuisée par trop d’énergie dépensée (gaspillée?) qu’il nous faut à ce stade recharger.

C’est comme une  bouffée d’oxygène, à condition toutefois de ne pas tenter, à travers cette occasion, d’en faire une nouvelle compilation d’activités, qui peut se révéler à nous comme une réelle opportunité extrêmement bénéfique dans la mesure où :

– la période estivale procure une ambiance de saison propice spécifique (macrocosme),
– ce moment de pause partagé avec les stagiaires procure le plus souvent les circonstances favorables pour, peut-être tisser de nouveaux liens, partager nos expériences, laisser vibrer nos résonances, avec un entourage qui partage très souvent les mêmes aspirations que nous.
– enfin elle permet de « reseter » notre machine pour repartir sur de nouvelles bases, plus en harmonie avec nos aspirations les plus profondes, pour peu que l’on s’autorise à cette disponibilité et à cette réceptivité.
 

1 – L’Eté un moment propice pour faire une pause 

La chaleur de la saison estivale prédispose bien le corps à la détente, grâce à la chaleur ambiante les muscles ont alors plus tendance à se décrisper et nos tensions physiques et psychiques s’apaisent .
Les périodes diurnes étant plus longues, elles nous permettent de profiter de longs moments d’ensoleillement qui s’étirent jusque parfois 22h00. Le corps emmagasine alors un maximum d’ensoleillement et donc d’énergie (la Vitamine D provient à 80 % des apports du soleil grâce à la surface de peau que nous exposons). Il se recharge et se régénère, nous permet ainsi de nous ouvrir et nous offrir à l’environnement et à nous même (toujours ce lien qui unit par analogie microcosme-macrocosme), de profiter de la nature qui infuse alors en nous ses effets,ses bienfaits.

2- Le Stage : un moment privilégié 

Un stage nous permet aussi de rompre avec la routine quotidienne et nos automatismes, ces habitudes devenues presque comme une seconde peau, tellement les avons-nous intégrés comme faisant partie intégrante de nous-même. De fait, très souvent nous ne prenons même plus le temps de nous poser, nous fonctionnons en mode pilotage automatique. Il est alors salutaire pour notre équilibre de reprendre les commandes de vol de sa vie ,de repasser en pilotage manuel pour se déconnecter de ses habitudes inconscientes, changer nos repères et angles de vues habituels, pour les reconsidérer et les rapprocher de nos aspirations les plus profondes.

S’octroyer un temps de pause, un temps à soi, pour soi, pour se faire simplement du bien. Ce temps sera le nôtre, loin de toute considération matérielle, sociale ou familiale à gérer, le seul plaisir savoureux de se laisser porter grâce à par une organisation pensée pour nous, et un programme adapté à la thématique choisie.

Exit le diktat des machines et objets connectés en tout genre (téléphones, ordinateurs et tablettes…). S’octroyer des plages à Soi, et pour cela il est préférable pour l’efficacité d’ancrage d’expérimenter dans un cadre bien propice.

Ceci nous conduira à croiser et à se relayer avec des personnes ayant les mêmes centres d’intérêts que nous.

En effet, dans ce genre d’événements, nous retrouvons fatalement des personnes qui partagent : les mêmes goûts ,les mêmes aspirations que nous, nous y retrouvons plaisir et convivialité dans l’échange, ce qui génère alors stimulation positive, et aussi une saine et puissante émulation, qui nous autorise à nous ouvrir (aux autres/ à Soi), à partager nos expériences, à y trouver des résonances en nous à travers ces interactions.

C’est aussi un moment propice pour nous permettre de sortir un peu du rail, pour se laisser aller à expérimenter de nouvelles choses, de nouvelles pratiques : s’ouvrir, se découvrir, s’intérioriser, appréhender des techniques préparant le terrain à un futur ancrage pour de nouvelles saines habitudes, inconnues pour nous que nous pourrons désormais prolonger, une fois revenus dans notre quotidien.

3- De nouveaux ancrages, de nouvelles habitudes

 
Ce moment à Soi est donc une occasion de pratiquer le retrait des sens (pratyahara en sanscrit) dans nos modes de vie agités, habituellement toujours tournés vers l’extérieur. Dans un tel cadre choisi, nous nous faisons ce cadeau de  s’offrir du temps, ce bien si précieux, qui est dans une vie la chose qui ne peut ni se se reconstituer, ni se stocker, il passe et s’écoule inexorablement, depuis notre naissance jusqu’à une fin programmée, qui se présentera fatalement à un moment ou à un autre.

Cette forme de lucidité trop souvent détournée de notre esprit, une fois acceptée et intégrée nous fait alors prendre conscience de la préciosité de la vie, de l’absolue nécessité de se brancher sur sa propre fréquence interne.

Prenons alors le temps de détourner un peu l’angle de vue, de retourner nos sens vers l’intérieur pour faire un état des lieux.
Autorisons-nous ce sage recul, considérons avec plus d’acuité nos projets actuels, notre style de vie et notre chemin intérieur.
Explorons  avec la plus grande sincérité les questions inhérentes à une existence, lorsqu’on décide d’entreprendre  le sinueux chemin de la route du Soi avec ces incontournables questions :

suis-je toujours en phase avec mes aspirations les plus profondes ? en suis-je éloigné(e)?

Ces nouvelles prises de conscience, une fois bien intégrées car réellement vécues et expérimentées, par nous-mêmes, constitueront nos nouvelles balises, nos nouveaux repères, elles seront  une sorte de nouvelle caisse à outils à notre entière disposition pour avancer sur ce surprenant et captivant chemin de l’aventure intérieure .

Quelques idées :

Stage d’été en Provence du 14 au 18 Août 2017 -Greoux-les-bains-
 S’ALLEGER (Hatha Yoga-Sophrologie-Activités créatives) – cliquer ici

– Stage de yoga du 31 juillet au 4 août 2017- Vichy- l’EQUILIBRE– Hatha Yogacliquer ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *